lundi 3 avril 2017

À deux et en solo (version franco)

Déjà 5 mois que Luc et moi avons quitté le Québec, alors que la terre était en train de s'endormir pour le long hiver que la province a connu.
Luc et moi avons gardé une maison au Chili (vous vous souvenez ?), puis une autre en Equateur. On dirait que ça fait des années !!
Puis un looooong vol vers la Turquie pour deux autres maisons à garder, dans le froid rigoureux des hauteurs de l'Anatolie. Et là, Luc m'a laissé pour retourner au Québec, m'a abandonné toute seule dans ce pays de l'Asie Mineure, n'ayant pour seule défense que mes poings et mes dents (et encore !!).

LOL, bien sûr, je blague. Luc ne m'a pas abandonné. Il est parti… pour plein de raisons, mais entre autres pour combler son besoin d'activité cinématographique (il prépare un tournage pour le printemps). Et moi je suis restée en Turquie.

Alors, après le dernier gardiennage turc, j'ai pris mon baluchon et les grands chemins, et me suis fait pousser par le vent, n'ayant aucun itinéraire en tête, juste la volonté de voir du pays dans de belles et bonnes conditions.

Voyager en solo, ce n'est pas facile vous pensez? C'est beaucoup plus aisé que vous le croyez. Vraiment. Croyez la peureuse que je suis!
Et il y a plein d'avantages, dont pour mon partenaire. Voyez plutôt :

  • Était chanceux celui qui, à tous les matins, n'avait pas à sauter du lit de bonne heure pour sortir manger à l'extérieur parce qu'il n'était pas chez lui. Généralement, il préfère paresser un peu et commencer sa journée comme tout bon retraité … tranquillement, dans ses confortables pantoufles.
  • Était heureux l'homme qui n'avait pas à suivre sa femme dans toutes les boutiques souvenirs rencontrées sur la route. De toute façon, lui il n'achète rien, alors !
  • Était soulagé celui qui n'avait pas à montrer son coté misérable à tous les gens qu'il rencontre au hasard des trottoirs. Lui, ça lui tente pas d'aller marcher de par la ville. D'habitude on ne le voit que peu, il reste le plus souvent dernière son ordi.
  • Était content celui qui n'avait pas à porter les paquets de sa partenaire. D'ordinaire... Non non. D'ordinaire il le fait, tout le temps d'ailleurs. Car c'est un gentleman. En autant que ce ne soit pas en visitant les centres d'achats.
  • Était tranquille celui qui n'avait pas à traîner ses basquets dans les musées que madame avait choisi. Lui l'histoire, il s'en intéresse peu. L'architecture non plus. Et les faits d'armes des gens du passé  (ni du présent) non plus. Il ne tient pas à le voir en vrai... sauf si c'est à la télé. Et encore.
  • Était satisfait celui qui n'avait pas à essayer une nouvelle bouffe exotique, souvent étrange, weird ou bâtarde. Lui, il se contente d'un bon McDo. Et en est comblé. (J'exagère ici, Luc aime beaucoup essayer de nouvelles bouffes, mais aime aussi son McDo. Moi aussi d'ailleurs)
  • Est fier celui qui a une femme autonome, qui va où elle veut, sans qu'elle ait à le remorquer partout où elle va. 
  • Est privilégiée celle qui a un mari qui accepte qu'elle parcoure les rues du monde sans lui. Et qu'il s'en montre ravi, et confiant.
  • Et bienheureux seront-ils au moment des retrouvailles car ils auront plein de choses à se raconter.

Et en effet, on en aura des choses à se dire !

Ainsi donc se terminent nos péripéties de l'hiver 2016-17 !
Notre été est déjà en partie organisé: 2 gardiennages au Québec (avril-mai et juillet-août), plus mon travail d'horticultrice pour mes gens en or.
Et à l'hiver prochain, il est prévu qu'on retourne en Australie (avec fort probable un saut pour moi en Israël!)
Alors, attachez vos tuques, MF et Luc seront encore partis !!!

Allez, bon vent. Et souhaitez-moi bon vol, lundi le 3 avril, je rentre au Québec !!

Marie France xx 💕
P.S. Notez que mon cellulaire reviendra alors en fonction (438)321-8923

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MF et Luc, gardiens de maisons / homesitters / cuidadores de casas