lundi 19 février 2018

Calangute, Goa

Finalement nous nous sommes installés à Calangute, dans ce tout petit état de Goa. On apprécie énormément la qualité de la plage, la gentillesse (et la beauté) des indiens, la bouffe, etc. Bref, on a réservé notre chambre pour tout le mois à venir. Si vous nous cherchez, on sera là !
Finally we will stay in Calangute, in this tiny state of Goa. We really appreciate the quality of the beach, the kindness (and beauty) of the Indians, the food, etc. In short, we booked our room for the whole month ahead. If you seek us, we will be there!

Voici encore quelques photos de l'endroit
Here are some pictures of the place 

Un barbier de Calangute.
A barber in Calangute

Sur la plage de Calangute, les indiens sont légion.
On the beach of Calangute, the Indians are numerous.

Et prendre la pose est toujours un grand bonheur pour eux
And taking the pose is always a great happiness for them.

Des pêcheurs rentrés du large, le filet plein de petits poissons
Fishermen back from the sea, the net full of small fishes

Un bateau pour balader les touristes indiens. Malheureusement, les blancs se mêlent encore trop peu.
A boat to wander Indian tourists. Unfortunately, the whites mingle still too little.
Une grande balade pour moi et Luc. On pourrait croire qu'on a abusé de produits illicites (comme plusieurs vieux babas cool du coin) ... et bien non, on était ben à jeun (on est volontiers un peu enfants je l'avoue ;)
A great ride for me and Luc. One might think that we abused illegal products (like many old babas cool around the corner) ... but no, we were really straight  (we sometimes act like little children I admit it;) 

Pas loin de l'épave de voiture. Avec le couple d'amis francais et leurs enfants, on se promenait en moto au nord de  Calangute
Not far from the car wreck. With the couple of french friends and their children, we went on a motorbike north of Calangute

Une des nombreuses petites églises portugaises qu'on voit à de nombreux endroits. À Goa, les gens sont pour la plupart catholiques, alors les temples hindous ou bouddhistes se font plus rares qu'ailleurs au pays
One of the many small Portuguese churches that we see in many places. In Goa, people are mostly Catholic, so Hindu or Buddhist temples are rarer than elsewhere in the country

Au marché d'Anjuna. Jolies figurines
At the Anjuna market. Pretty figurines

Bien sur, les échoppes qui vendent des épices sont également nombreuses. D'ailleurs, je me réserve bien un peu de place dans mon sac à dos pour me ramener le nécessaire à thé masala
Of course, stalls that sell spices are also numerous. Moreover, I will reserve a little space in my backpack to bring me the masala tea powder !

De tout pour le parfait cuistot indien... ce que je ne suis pas vous me connaissez !
Everything for the perfect Indian cook ... what I am not you know me!

Des écharpes en soi-disant pashmina ou en soie, des saris, des sacs, etc. De tout pour combler les touristes dans les différents étals des marchés
Scarves in so-called pashmina or silk, saris, bags, etc. Everything to please the tourists in the different market stalls

Comme je disais, de tout pour plaire à tous ;)
As I said, everything to please everyone;)


Je vous laisse digérer ça, je vous reviens bientot
I let you digest that, I'll come back to you soon

Marie France xx

jeudi 15 février 2018

Goa en Inde

Partis de la Thailande le 10 février soir (je crois), on a fait un trajet de nuit en 2 sections. Donc c'est très tôt le matin qu'on arrive à l'aéroport de Goa (à Dabolim). Hop dans un bus, et un dernier petit bout en direction de Calangute ou on rejoint nos amis français.
Ah l'Inde ! Je m'étais ennuyé !!
Leaving Thailand on February 10th, we made a night trip in 2 sections. So it is very early in the morning that we arrive at Goa airport (in Dabolim). Hop in a bus, and a last little ride towards Calangute where we join our French friends.Oh India! I missed you !!
Premier matin arrivés à Goa, premiere vision à partir du resto
(voyez les vaches en plein milieu de la plage)
First morning arrived in Goa, first vision from the restaurant
(see the cows in the middle of the beach)
... ou en plein milieu de la rue. Évidemment, les vaches étant sacrées (ainsi que les chiens et sans doute tout ce qui bouge), on ne les dérange pas. A peine ne les laisse-t-on pas entrer dans les commerces...
... or in the middle of the street. Obviously, cows are sacred (as well as dogs and probably all that moves), we do not disturb them. Indians almost let them enter the shops ...(lol)
 
La côte de Goa a déjà été portugaise. Alors on y trouve réglièrement des références. Ici des tuiles de céramique (les azulejos)
Goa coast has already been Portuguese. So we find many references. Here ceramic tiles (azulejos)
Vous voyez qu'on n'est pas trop mal logés
You see we are not too badly housed
 
Notre balcon privé, génial pour y prendre le petit-déjeuner
Our private balcony, great for breakfast
 
La plage est étonnamment très belle.
Des sauveteurs veillent... certains  pas trop fort (il avait son cellulaire en mains)
The beach is surprisingly very beautiful.
Rescuers watch out ... some not too strong (he had his cell in his hands)
 
Dans un marché local, une dame s'y reposait. Le chat aussi;)
In a local market, a lady was resting there. The cat too;)
 
Le livre classique pour avoir des infos. Merci Mimie pour le prêt
The classic book for information. Thank you Mimie for the loan
 
La plage doit faire près de 8 km de long, par plusieurs dizaines de mètres de large. Les vendeurs itinérants passent, mais heureusement, ils ne sont pas trop nombreux, ni trop insistants.
The beach must be about 8 km long by several tens of meters wide. Itinerant salespeople pass, but fortunately, they are not too numerous, or too insistent.

Voici pour la première partie de notre balade en Inde. Avec ces photos, ça vous fera tenir jusqu'à la prochaine fois. 
Here for the first part of our journey in India. With these pictures, it will keep you going until the next time.

Belles bises, hugs 
Marie France 

mercredi 7 février 2018

Thaïlande - the end

Nous voici donc dans le dernier droit de la Thaïlande. Après presqu’un mois sur notre visa de 28 jours, aujourd’hui on quitte le pays.  
On a du réfléchir sur différentes possibilités et Luc et moi sommes venus d’accord pour repartir… tadada…  en Inde! De plus on a des amis qui s’y trouvent déjà, alors on va les rejoindre. Youppi ! 
Alors Goa, nous voilà !

Mais voyez d’abord nos dernières images du pays

So here we are in the last stretch of Thailand. After a month on our 28-day visa, today we leave the country. We evaluated different possibilities and Luc and I agreed to leave ... tadada ... in India! And we  have 2 friends who are already there, then... Youppi! 
So Goa, here we are! 

But first see our last pictures of the country

Les bus utilisés en Thaïlande diffèrent tous de qualité. Celui-ci n’était pas trop mal.
All the bus are different in Thailand. This one was not bad

                                       
Le temple blanc, pas très loin de Chiang Rai. Magnifique. Une intéressante étude artistique sur la surconsommation et la spiritualité....
Not far from Chiang Rai, the white temple and his interesting study about the over-consuming and the spirituality... 

Au temple blanc, visage habillé de  plantes epiphytes.
At the White Temple, a face with epiphyte plants.

                               
Au temple blanc, une heureuse. face... de blanc :)
At the White Temple, a happy... white face :) 
   

Au temple blanc
At the White Temple 
       
                        
Au temple blanc, une statue géante d’un genre de Goldorak (photo pour Martin  le frere de Luc) ;)
At the White Temple, a large statue of a kind of Goldorak.

On a pris goût à utiliser une moto pour rayonner autour des villes.
WE really  enjoyed visiting around the cities with a motorbike ! 
   

Une excellente bouffe prise avec de nouveaux amis français . Un plat chauffe  l’eau pour les nouilles dans les pourtours du plat, et au  centre, on grille les légumes. délicieux  !
A delicious food was taken with new french friends. Around the bowl you cook the noodles and in the middle you grill meats and vegetables. 

 
Les éléphants sont omniprésents dans les temples de  Thaïlande .
Elephants are commonly seen in the temples. 
                     

Jolie fontaine au Temple Bleu.
Pretty fontain at the Blue Temple. 
    

Jolie statue au temple bleu.
Pretty statue at the Blue Temple 

A la maison noire, maison d’un collectionneur de peaux et cornes  diverses.  Un  artiste inspiré (quoique un peu bizarre). Ici rien de bizarre, son temple a bouddha était très joli.
At the Black house, house of a collector of animal skins and horns. An inspired artist (a little bizarr). Here, nothing strange. His temple for Bouddha is pretty. 
       
A la  maison noire.  Ok, pour aller aux toilettes, vous ne  pouvez vous tromper...
At the black House... ok, going to the loo, you can’t make mistake... 
        
Des grenouilles grillées... une petite faim ?
Grilled frogs... a little hungry ? 

 
Dans un marché comme tant d’autres, insectes, vers, coquerelles, etc.
  In a market like lot of others. Insects, cockroaches, worms, and what else ?!   


Vous avez faim? Ici une brochette de ... rat! Ok, vous n’avez plus faim ??
Here is a brochette of... rat... not hungry anymore ??  
         

Dans une  fête du  village de Chiang Rai, ce joli couple était trop mignon.
In Chiang Rai, à weekend of local festival, this young couple was too cute.

 
Près de Sukhothai, un lac sacré en forme de cœur, et fait de main d’hommes, pour les besoins des agriculteurs.
Close of Sukhothai, a big holy lake, in the shape of an heart, hand-made for the agriculturists.  

Nouilles thaï, très communes. J’ai dû me re-habituer aux baguettes. Pas mal, ça ne  m’a pas pris trop de temps.
Thaï noodles, very commun. I had to re-learn how to use baguettes. Not too bad 

Allez, on s’en retrouve en Inde ! 
So, we will see you later, from India ! 

Marie France 

mardi 30 janvier 2018

Ethnies & Photos

English will follow

Village BAAN TONG LUANG
un village éco-agriculturel de tribus de montagnes 

An Eco-Agricultural Hill Tribes Village
Le collier entier d'une femme adulte pese environ 5 kg
The whole collar of an adult woman weighs about 5 kg

Jeune femme de 21 ans. 
Elle n'enlève presque jamais ses spirales,
dormant avec la plupart du temps. 

Young 21 year old lady. 
She almost never removes its spirals, 
so sleeping most of the time. 




Vous seriez surpris si on vous disait qu'on a dérangé cette femme ?... 
en train de jaser à son cellulaire. 
Ben oui quoi, ils ont aussi la technologie!


You would be surprise if I tell you we disturbed this woman ?... 
talking on her cell phone. 
Well yes, they also have technology! 


La très gentille dame aurait bien souhaité
que j'achète l'un de ses colliers de brass.
The very nice lady would have liked
me to buy one of her brass necklaces.
Un magnifique patchwork
La rizière du village
The rice field of the village
Plus tôt cette semaine, nous sommes allés visiter un village de tribus, un village créé pour les touristes, afin d'aller à la rencontre de tribus de montagnes, difficilement accessibles ou carrément impossibles à rejoindre. 

Bien sûr ces villages sont controversés, certaines personnes nomment ces villages de zoo humain, mais à mon avis, c'est encore la meilleure façon de les connaître sans avoir à s'immiscer dans leur VRAI quotidien comme certains touristes préfèrent (... perso, la controverse devrait plutôt être là, m'enfin tout le monde ne pense pas pareil... ). 


Alors, parce que vous me poserez plein de questions que je ne saurais bien répondre, je fais la paresse et je vous laisse lire Wikipedia...  mais je vous montre MES photos. 

Earlier this week, we visited a tribal village, a village created for tourists, to meet the tribes of mountains, difficult to reach or downright impossible.
Although these villages are controversial, some people call these villages human zoo, but in my opinion, it's still the best way to know them without having to interfere in their daily TRUE life, as some tourists prefer (... i think , the controversy should rather be there, but everyone does not think the same ...).

So, because you will ask me lots of questions that I can't answer properly, and because I am lazy, I let you read Wikipedia ... but I show you MY photos.




Dans le village qu'on a visité, il y avait différents membres de tribus de montagnes. Les Karen, les Yao, les Hmong, les Padong, les Kayaw, les Lahu, les Palong, les Akha. J'avoue qu'il m'était souvent difficile de les différencier. Les Kayaw portent des bracelets sous les genoux; les Lahu portent de grosses parures en argent aux oreilles; etc. Mais les Padong sont les seules à porter les fameux colliers de brass... 

In the village we visited, there were other members of mountain tribes. Karen, Yao, Hmong, Padong, Kayaw, Lahu, Palong, Akha. I admit that it was often difficult for me to differentiate them. The Kayaw wear bracelets under their knees; the Lahu bear large silver earrings; etc. But the Padong are the only ones to wear brass collars... 

Les Padaung, aussi connus sous le nom de Kayan, sont un sous-groupe (environ 7 000 personnes) du peuple Karenni (Karens rouges) qui est une minorité ethnique tibéto-birmane du Myanmar (Birmanie). En 1990, à cause du conflit avec le régime militaire birman, beaucoup de Kayan sont partis pour la Thaïlande voisine.

Ils y vivent près de la frontière nord, avec un statut légal incertain, dans des villages qui en font des attractions touristiques à cause de leurs modifications corporelles particulières. Celles-ci consistent en une sorte de collier-spirale en laiton enroulé autour du cou des femmes, ce qui a amené les observateurs à leur donner le nom de « femmes girafes » ou « tribu des longs-cous. » Les Birmans nomment ces femmes, les femmes aux longs cous car ils ne veulent les identifier à des animaux.

C’est autour de l’âge de cinq ans que les fillettes reçoivent leur premier collier-spirale et celui-ci est remplacé par une spirale plus longue au fur et à mesure de leur croissance (ce ne sont donc pas des anneaux que l’on ajoute, mais toute la spirale que l’on change).





Contrairement à la croyance populaire, ces spirales n’affectent pas les vertèbres du cou pour les allonger, mais elles pèsent sur les côtes qui évoluent en penchant vers le bas. Ainsi, plus les côtes penchent, plus le collier tombe sur les épaules, ce qui le rend trop large et pas assez grand pour envelopper encore tout le cou. C’est à ce moment qu’il est remplacé par une spirale plus longue, afin de continuer le processus. 

Ces spirales doivent être enlevées pour pouvoir être remplacées par des plus longues, de même lors de consultations médicales, ce qui infirme l’idée selon laquelle les enlever serait mortellement dangereux pour la femme. En effet, elles ne mourront pas « énuquées » même si effectivement leurs muscles sont affaiblis. Cependant, la plupart des femmes les gardent toujours car la peau et les os de leur cou sont meurtris et décolorés par le fait qu’ils aient toujours été cachés par ces colliers. De plus, l’habitude de les porter continuellement fait qu’ils deviennent presque une extension du corps de la femme.  

Beaucoup d’hypothèses ont été émises par les anthropologues sur la raison du port de ces colliers-spirales. Ce pourrait être pour se protéger contre les morsures de tigres ; pour rendre les femmes moins attrayantes aux yeux des autres tribus afin qu’elles ne se marient pas en dehors de la leur ou qu’elles ne soient pas prises en esclavage ; pour leur donner une ressemblance avec un dragon (qui est une figure importante du folklore kayan) mais la plupart de ces hypothèses ne sont pas vérifiées et la véritable origine de cette tradition reste encore un mystère. Actuellement, c’est non seulement pour perpétuer cette tradition que ces colliers-spirales sont toujours portés, mais c’est aussi parce qu’ils représentent une part forte de l’identité culturelle de cette ethnie (dans laquelle s’ancre une certaine idée de la beauté), ce qui est renforcé par l’attrait qu'ils exercent sur les touristes.



The Kayan are a sub-group of Red Karen (Karenni people), Tibeto-Burman ethnic minority of Myanmar (Burma). 
In the late 1980s and early 1990s due to conflict with the military regime in Myanmar, many Kayan tribes fled to the Thai border area. Among the refugee camps set up there was a Long Neck section, which became a tourist site, self-sufficient on tourist revenue and not needing financial assistance. 
La petite m'a fait essayer un demi-collier.
Lourd et inconfortable si vous voulez mon avis.
The young girl made me try a half-collar.
Pretty heavy if you want my idea. 
 



Girls first start to wear rings when they are around 5 years old. Over the years, the coil is replaced by a longer one and more turns are added. The weight of the brass pushes the collar bone down and compresses the rib cage. The neck itself is not lengthened; the appearance of a stretched neck is created by the deformation of the clavicle. 
Many ideas regarding why the coils are worn have been  suggested, often formed by visiting anthropologists, who have hypothesized that the rings protected women from becoming slaves by making them less attractive to other tribes. It has also been theorised that the coils originate from the desire to look more attractive by exaggerating sexual dimorphism, as women have more slender necks than men. It has also been suggested that the coils give the women resemblance to a dragon, an important figure.



Kayan women, when asked, acknowlegge these ideas and often say that their purpose for wearing the rings is cultural identity (one associated with beauty).The coil, once on, is seldom removed, as the coiling and uncoiling is a lengthy procedure. It is usually only removed to be replaced by a new or longer coil. The muscles covered by the coil become weakened. Many women have removed the rings for medical examinations. Most women prefer to wear the rings once their clavicle has been lowered, as the area of the neck and collarbone often becomes bruised and discolored. Additionally, the collar feels like an integral part of the body after ten or more years of continuous wear. 

In 2006, some of the younger women in Mae Hong Son started to remove their rings, either to give them the opportunity to continue their education or in protest against the exploitation of their culture and the restrictions that came with it. In late 2008, most of the young women who entered the refugee camp removed their rings. One woman who had worn the rings for over 40 years removed them. After removing the rings, women report discomfort which fades after about three days. The discoloration is more persistent.


The government of Myanmar began discouraging neck rings as it struggled to appear more modern to the developed world. Consequently, many women in Myanmar began breaking the tradition, though a few older women and some of the younger girls in remote villages continued to wear rings. In Thailand, the practice has gained popularity in recent years, because it draws tourists who bring revenue to the tribe and to the local businessmen who run the villages and collect an entry fee of 500 to 600 baht per person. The Karenni National People's Liberation Front (KNPLF), an armed cease-fire group, have made attempts to invite the Kayan to return to Kayah State to set up their own tourist villages.







D'autres photos prises dans le village, pour vous faire plaisir.

And some other pictures to please you all. Enjoy

Marie France